Acheter, c’est bien ; jouer, c’est encore mieux !

Publié par Le chat solitaire (Skinner) le

Bonjour tout le monde !

Savez-vous quel jour on était, hier ?

“Ben ça dépend quel jour on lit l’article…”

Oui, en effet, félicitations…

Je rectifie donc : Savez-vous quel jour était-ce la veille de cet article en vous basant sur le fait qu’il a été publié le 26 novembre 2022 de l’époque contemporaine ?

“C’est un peu facile, ça. Tu as fini l’article le 27 novembre mais tu as fixé sa date de publication au 26 novembre pour faire croire que tu l’avais écrit ce jour-là !”

Oui, mais, c’est que, en fait… Oh et puis vous savez quoi, vous m’énervez tous les deux !

Nan, la veille de la date de parution de cet article d’après mes dires trompeurs, c’était le Black Friday, cet évènement disproportionné qui nous vient tout droit des États-Unis et qui, le temps de quelques heures, nous change, nous, humains plus ou moins civilisés, en bêtes sanguinaires assoiffées de consommation. Tel le Shoggoth à neuf tentacules, nous nous jetons sur les Iphones, paires de chaussures, machines à café, arrosoirs connectés et boussoles multidirectionnels dont nous n’aurions, en temps normal, strictement pas besoin !

Et pour les jeux de plateau, c’est pareil, hein ! D’ailleurs, je vous mets au défi de me regarder droit dans les yeux et de me dire que vous n’avez pas profité du Black Friday pour en acheter de nouveaux :

Ahhhh, j’en vois qui craquent !

Ne vous inquiétez pas, vous êtes pardonnés, petits sacripants !

Mais à l’avenir, prenez exemple sur moi, car je n’ai acheté aucun jeu ce Black Friday. En fait, je suis fier de dire que je ne l’ai fait aucune année !

“Tu rigoles ? Il y a trois ans t’en as profité pour acheter un gigantesque carton d’extensions pour Kingdom Death: Monster. Et t’en as tout de même eu pour plus de 500$ !”

Oui, mais ça coûtait 980$ à la base. Donc ça compte pas !

“D’ailleurs, c’est quand qu’on y joue, hein ? Les nouveaux monstres ont l’air trop stylés, et puis il y a le Slender Man ! En tout cas, moi, je te pardonne !”

“Bien entendu, lorsqu’il s’agit d’acquérir un énième Ameritrash, Môssieur le chat retrouve sans cesse une liasse de billets cachée dans sa litière, mais lorsque je suggère un Eurogame, d’un coup Môssieur le chat nous assure qu’il est trop pauvre pour cela !”

La, la, la, la ! Je ne t’écoute même plus, K’euroline ! La, la, la, la !

Bon, je l’admets, je ne vaux pas forcément mieux que les autres.

Oui j’aime parcourir les catalogues en quête de nouveautés.

Oui dans ces moments j’oublie quasiment mes autres jeux.

Oui j’aime le sirop à la grenadine, même si ça n’a aucun rapport.

Mais pour ma défense, je joue aux jeux que j’achète, plutôt que d’y renoncer aussitôt. Enfin, sauf s’ils sont vraiment mauvais, dans ce cas je les revends au triple du prix sur internet en faisant croire qu’ils contiennent des cheveux de Bruno Cathala ou qu’Eric Lang s’est assis dans la boîte durant l’Unboxing.

Cet article aura donc pour but de nous faire honneur à tous, vous lecteurs ainsi que moi, en citant des jeux de notre collection auxquels nous avons beaucoup joué, nous rappelant ainsi que nous ne sommes pas de simples collectionneurs mais des passionnées avant tout.

Je me lance donc en espérant vous voir suivre dans les commentaires !


Paper Tales

Estimation : + de 400 parties

Paper Tales, c’est le jeu solo qui sort le plus facilement de ma ludothèque et qui dure le moins longtemps (surtout à la vitesse à laquelle je joue désormais). C’est aussi le jeu que j’emmène presque toujours en vacances, puisqu’il ne prend pas beaucoup de place.

Le jeu est addictif, intelligent, fluide et rejouable à l’infini. Et puis même après des centaines de parties, vous continuerez à galérer à battre le Roi Liche au niveau le plus difficile !

Bon, au cas où vous ne le sauriez pas, il vous faut l’extension Au delà des portes pour y jouer seul. Mais croyez-moi, elle en vaut vraiment la peine, puisqu’elle ajoute, en plus du mode solo, de nouvelles unités et de nouveaux bâtiments très sympathiques.

D’ailleurs, il semblerait que sa dernière extension soit sortie !

La critique est disponible ici.


Mage Knight

Estimation : + de 200 parties

Ça en a choqué plus d’un, mais il est vrai que j’y ai joué plus de deux cents fois. Je m’y consacrais en particulier il y a 4/5 ans, et il est aussi vrai que je n’y joue plus beaucoup, désormais. Non pas que j’en ai fait le tour, seulement que l’âge d’or est passé, tout simplement. Mais ça peut revenir, qui sait ! Je pense aussi que j’ai trop besoin de dés lorsque je pars à l’aventure. Que voulez-vous, je suis un romantique…

On entend souvent dire que la mise en place de Mage Knight est très longue et que ses parties le sont encore plus. C’est vrai et ce n’est pas vrai. L’expérience m’a appris à démarrer le jeu en cinq minutes montre en main. La partie elle-même me réclame en moyenne 1h30, mon record s’élevant à une heure seulement (et ce fut une victoire). De plus, j’ai la chance d’avoir assimilé les mécanismes assez vite, ce qui fait que le jeu peut rester une année entière sur mon étagère sans que je n’oublie les règles. Pratique.

Donc ne désespérez pas, braves gens, vous pouvez encore devenir des joueurs assidus de Mage Knight !

Ceux qui me lisent sur Tric Trac savent peut-être à quel point mon cœur se déchire chaque année en voyant Mage Knight finir en deuxième position sur le top des jeux solo de Board Game Geek, derrière Spirit Island. Ô rage, ô désespoir…

Je terminerai en précisant que je ne joue pas à la version Ultimate : j’ai tellement d’amour pour le jeu de base que j’ai préféré revendre ma grosse boîte avec ses extensions. Eh oui…

Vous pouvez découvrir la critique de ce jeu ici.

Ou alors découvrir des astuces ici ou .


Vinci

Estimation : + de 130 parties

J’avais parlé de Vinci dans mon top des reliques. J’y joue depuis que j’ai dix ans, même s’il m’a fallu un peu de temps pour ne plus dépendre de mes partenaires de jeux.

Vinci, c’est ni plus ni moins que l’ancêtre de Small World, sauf que, contrairement à ce dernier, Vinci propose un mode solo. Et un mode solo qui a plutôt bien vieilli de surcroît, du moment que cela ne nous gêne pas de faire quelques calculs. On y affronte trois joueurs fictifs assez pénibles mais qui ne râlent pas en cas de défaite (si vous les entendez tout de même le faire, je peux vous recommander mon psy).

Si vous ne connaissez ni Small World ni Vinci, sachez que le concept est de prendre la tête d’un peuple possédant deux pouvoirs distincts (quoique dans Vinci on peut avoir deux fois le même) et de partir à la conquête de territoires tout en défendant les siens. Cela se joue sans dés, les conquêtes étant victorieuses du moment que l’on possède suffisamment de pions (représentant nos troupes). Plus vous aurez de territoires, plus vous marquerez de points. Et si votre peuple se fait défoncer par les autres joueurs, pas de problème, on repart avec un nouveau. Pas d’élimination brutale, en somme.

Dans Small World, ce sont des peuples de créatures que nous jouons. Dans Vinci, il s’agit des peuples non définis d’autrefois, se battant au cœur de l’Europe. Bien qu’amateur de fantasy, je préfère nettement Vinci pour le coup, à cause des illustrations beaucoup trop cartoon de Small World. Et puis je le répète, mais il n’y a pas de solo dans Small World.

Vinci est vraiment un jeu agréable et subtile. Je ne m’en séparerai jamais. C’est d’ailleurs pour ça que je le considère comme une relique !


Kingdom Death: Monster

Estimation : + de 100 parties

Ahhh, le voilà, le jeu des ténèbres, la boîte du diable, l’antéchrist ludique ! Vous ne serez plus jamais le même après y avoir joué !

“Le fameux jeu qui t’a conduit à gaspiller 500$ lors du Black Friday !”

Sécurité ! Que l’on fasse sortir cette femme de la salle, merci !

Non mais !

Kingdom Death: Monster, c’est un jeu qui sort des sentiers battus sur tant de détails qu’il lui faut son propre Wikipedia !

Forcément, à sa sortie (2015), on ne connaissait pas beaucoup de jeux qui coûtaient 400$, dont la boîte de base pesait 7 kilos, où l’on pouvait manger les morts, couper les valseuses d’un lion, sacrifier son père pour retrouver sa jeunesse, se faire avaler par la bouche ventrale d’une antilope géante où se badigeonner de matière fécale pour partir chasser.

Bon, je vous l’accorde, on ne le voit pas vraiment dans d’autres jeux aujourd’hui, même s’il est vrai qu’on trouve de plus en plus de jeux “hors norme” de par leur contenu et le thème abordé (Frostpunk, tu m’entends, par hasard ?).

Kingdom Death: Monster, ça ne sera pas le jeu pour jouer avec votre fille de huit ans qui passe ses dimanches à caresser des poneys au manège. Ça ne sera pas non plus votre meilleur compagnon si vous aimez les jeux rapides, peu hasardeux et ne réclamant pas trop de place sur la table. Vous y trouverez en revanche peut-être votre compte si vous aimez les aventures ultra thématiques, les combats sanglants, les ténèbres glacées, les lancers de dés angoissants et les destins funestes (ça sera également un + si vous vous rincez l’œil sur les pinups).

Vraiment, le jeu n’est pas fait pour tout le monde, mais si vous souhaitez malgré tout en savoir plus, je vous invite à lire ma critique et, pourquoi pas, à découvrir la campagne démarrée sur le site. Cette dernière est actuellement en interruption mais se poursuivra un jour, promis !

“Moi, mon objectif, c’est que ce jeu devienne un jour le plus joué chez nous, même plus que Paper Tales. Pour ça, il nous faudrait un peu plus de 300 parties. Bah, ça devrait être faisable en quelques week-ends…”



Dawn of the Zeds (3ème édition)

Estimation : + de 50 parties

Avant toute chose, je précise que cette estimation n’était pas la plus évidente à faire. Pourquoi ? Parce que dans ce jeu, on peut perdre tellement vite qu’il en devient délicat de dire si cela peut compter pour une partie ou non. Si on devait compter toutes mes tentatives, je pense qu’on tournerait au-delà des 100. Si on devait compter mes victoires, peut-être 15… Mais en l’occurrence, j’ai préféré seulement compter mes parties qui ont duré plus de 30 minutes (en sachant qu’une partie victorieuse peut durer une bonne heure, voire plus, vu que l’on gagne en survivant jusqu’à la fin).

Au cas où vous ne l’auriez pas deviné, Dawn of the Zeds est un jeu de zombies. Et je préfère le dire tout de suite, c’est un jeu bien meilleur que Zombicide !

Enfin, je dis ça, mais ça dépendra surtout de vos préférences pour le contexte. Autant Zombicide ressemble à un jeu d’arcade avec des survivants invincibles et aux munitions illimitées, autant Dawn of the Zeds nous plonge dans l’effroi du rationnement et de la faiblesse, le tout dans un Tower Defense endiablé. La ville que vous défendez va connaître ses pires jours, entre les citoyens ruraux qui meurent, les munitions qui manquent constamment, les manifestants pro Zombies qui viennent faire chier (oui, ça leur arrive de venir nous dire coucou), l’explosion de la centrale nucléaire et la Garde Nationale toujours en retard ! Croyez-moi, vous allez souffrir ! Mais comme moi, il y a des chances que vous aimiez ça, du moment que vous appréciez les zombies et l’Ameritrash, car dans ce domaine, on fait difficilement mieux. N’est-ce pas Sinatrash ?

“Hein ? Désolé, j’écoutais pas, j’étais en train de rigoler parce que le gosse des voisins est tombé de la balançoire, devant l’immeuble !”

Moui, enfin, tant pis…


Bonus : la pile de la honte

X-ODUS: Rise of the Corruption

Estimation : 3 parties

X-ODUS, c’est quoi ?

Un jeu génial, tout simplement.

Oui, un jeu génial mais seulement trois parties. Y a un problème là, non ?

Parce qu’en réalité, le thème est cool : on joue trois vaisseaux spatiaux luttant contre la corruption qui s’est instaurée dans la galaxie. En plus de devoir affronter des ennemis, il nous faudra pimper nos vaisseaux, explorer les quatre coins du système et vaincre de terrifiants boss appelés Avatars. Et les mécaniques sont superbes également : il s’agit d’un mélange de furtivité et d’affrontement où seule la meilleure coopération entre nos vaisseaux permettra de décrocher la victoire.

“Mais pourquoi tu nous dis pas pourquoi t’y joues pas, alors ? Allez, accouche !!!”

Ben parce que l’intelligence du jeu m’intimide, tout simplement. J’ai sans cesse l’impression que je ne serai pas assez bon pour gagner. Et c’est sûrement dû à la période que je traverse. Mais c’est bête, parce que j’ai super envie de m’y remettre ! Il faudrait juste que je me replonge dans les règles, un bon coup de pied au derrière et ça devrait être bon.

“Ça, je peux m’en occuper, si besoin…”

Sécurité ! SÉCURITÉ !!!


Stellar Horizons

Estimation : 0,5 partie

Encore un jeu qui déchire tout !

Cette fois encore, nous sommes dans l’espace, mais dans l’espace connu puisqu’il s’agit de notre système solaire.

Dans Stellar Horizons, nous devons mener notre très grande organisation vers les plus belles conquêtes spatiales, le but étant de construire des bases sur les autres planètes, découvrir des technologies inédites, envoyer des robots explorer le système…

Il y a beaucoup à faire dans ce jeu particulièrement riche et complexe. Et avec un jeu aussi riche et complexe, on est en droit d’exiger des règles claires et ludiques, non ?

Eh bien vous pouvez vous brosser, car les règles font partie des plus nulles que je n’ai jamais lues ! Elles ont beau être structurées, on n’y comprend presque rien, même en téléchargeant la version française. Il faut avoir la concentration d’un moine de Shaolin pour ne pas se laisser intimider. Mais quand on arrive enfin à faire les connexions, cela devient du bonheur et la partie se déroule bien, du moins jusqu’à ce que nous arrivions à un stade du jeu abordant un élément que nous ne connaissons pas encore.

Mais j’y arriverai un jour, vous verrez, j’y arriverai…


Le 7ème continent

Estimation : 0,3 partie

Mon deuxième Kickstarter (le 1er c’était AuZtralia) ! Après toute la hype absorbée sur Tric Trac, je n’avais d’autre choix que de participer au reprint sous peine de rater ma vie.

Le jeu est arrivé dans les temps, beau et intriguant. Mais je n’ai pas réussi à y jouer plus de 15 minutes, non pas que je m’ennuyais, seulement que j’ai été pris d’un blocage absolument inexplicable qui refuse encore aujourd’hui de partir. Et savoir qu’il me faudra en plus réarranger les cartes pour tout recommencer me décourage encore plus.

Et pourtant, je le garde, car j’ai moi aussi envie d’explorer ce fameux continent…


Conclusion ?

La conclusion, c’est que c’est à vous de jouer, maintenant, dans tous les sens du terme. J’attends donc que vous vous pariez d’éloges à votre tour. Dites-moi à quels jeux vous jouez le plus, avec une estimation du nombre de parties, si possible.

Sur ce, je vais aller revendre quelques Eurogames pour faire de la place…

“Sécurité ! SÉCURITÉ !!!”

Catégories : Articles divers

6 commentaires

Saxgard · 1 décembre 2022 à 00:53

Salut

Tout d’abord bon anniversaire très en retard.

Alors moi mon gros soucis c’est que j’ai noté mes parties que pendant 3 ans environs sur bg stats puis j’ai fini par avoir la flemme. 😕

Les seules choses que je sais c’est que j’ai au moins fait 50-60 parties à Terraforming Mars (j’y joue moins depuis quelques temps). Et que j’ai donc jamais dépassé quelques dizaines de parties sur un même jeu.

Je suis toujours impressionné quand j’en vois qui disent qu’ils ont fait des centaines de parties sur un jeu.

Je sais aussi que j’ai fait quelques dizaines de parties de :

– it’s wonderfull world
– Vendredi
– underwater cities
– Horreur à Arkam
– Harry Potter hogwarts battle
Et quelques autres

Et pour mes autres jeux je dois être autour de la dizaine de partie en général.
J’y joue beaucoup au début puis après je les sors occasionnellement. Je ne les oublis jamais. Sauf ceux que je revends évidemment. ^^

La en ce moment je suis sur Ultimate Railroad, comme tu le sais, et j’ai l’impression qu’il pourrait facilement et rapidement atteindre plusieurs dizaines de parties..

    Le chat solitaire (Skinner) · 1 décembre 2022 à 11:12

    Salut, et merci !! 😀

    J’ai également cessé de noter mes parties il y a un an, alors je dois davantage faire confiance à ma mémoire féline.

    50-60 parties de Terraforming Mars, c’est déjà très bien ! Et puis je ne m’inquiète pas pour toi puisque je ne t’ai jamais vu comme un acharné de la consommation. Au contraire, je te vois te concentrer sur les jeux que tu aimes, ce que j’encourage vivement. Après, c’est normal de céder à quelques nouveautés de temps en temps. ^__^

    Si tu devais choisir un des jeux que tu as cité (à part Terraforming Mars) pour lequel tu te sentirais le plus d’attaque pour atteindre 100 parties (sans contrainte de limite de temps), ça serait lequel ? Ultimate Railroads ? 🙂

    Au passage, j’ai moi-même des jeux auxquels je ne joue presque plus mais que je conserve car je les apprécie tout de même tout en me disant que leur heure reviendra peut-être un jour. Je pense notamment à Robinson Crusoé, Ghost Stories, Andor…

    Je t’encourage, en tout cas ! 😎

      Saxgard · 1 décembre 2022 à 23:42

      C’est peut être parce que t’as 9 vies que tu peux faire plusieurs centaines de parties sur un jeu !
      Moi je ne suis qu’un simple humain. ^^

      Ecellente question. 🙂 Je ne crois pas que j’arriverais un jour à atteindre 100 parties à un jeu surtout si je continue d’en acheter. Mais dans ceux que j’ai cité je dirais en ce moment qu’effectivement je me verrais bien faire 100 parties d’ Ultimate Railroads si j’en avais le temps. Reste à voir si je ne finirais pas par en faire une overdose bien avant. Après pour les autres jeux que j’ai cité je ne sais pas si j’aurais spécialement envie d’aller jusqu’au 100 parties. Si on prend Harry potter. J’ai fait 2 fois 1/2 la campagne j’ai fait le tour je pense.

      C’est plutôt pas mal de ceux qui sont pas dans cette liste que j’aimerais pouvoir en faire 100. C’est beaucoup d’assez « gros » jeux, difficile à sortir avec des parties assez longues et comme je joue aussi beaucoup aux jeux vidéo pendant mon temps libre ils sortent malheureusement pas assez.

      Je pourrais citer projet Gaia, Cthulhu Death May die, Bloodborne, Anachrony, Mage knight, Tapestry et bien d’autres que j’aimes beaucoup.

      En fait, dès que je me motive à en ressortir un et à relire les règles je prends plaisir à enchainer des parties pendant plusieurs week end.d’affilé.
      Souvent ce qui me freine c’est de replonger dans les règles.

        Le chat solitaire (Skinner) · 4 décembre 2022 à 18:28

        Et le pire, c’est que j’en suis qu’à ma première vie (du moins, je crois, héhé) !
        Peut-être que ton chat peut t’offrir un peu de son essence. Qui sait, ça te laisserait atteindre le millier de parties. 😎

        En tout cas, on remarque assez vite quels sont les jeux desquels on se lassera le plus vite tout en repérant ceux qui, en plus d’être bons, se renouvellent bien, comme ça doit être le cas pour toi avec Terraforming Mars et Railroads !

        Comme on en a discuté, les jeux vidéos sont une concurrence rude, surtout que c’est eux qui nous attirent principalement quand on veut se distraire tout en “déconnectant” son cerveau. Moi-même, j’ai tendance à régulièrement me faire des parties d’Age of Empire III, en ce moment, sans même en tirer autant de plaisir que pour un jeu de plateau…

        Pas toujours facile non plus ces problèmes de règles qui s’échappent de notre mémoire. Typiquement, je m’étais offert un jeu il y a deux ans avec des règles monstrueuses (elles étaient très longues et pas très claires pour autant). J’ai fait quelques parties au début, cela m’amusait bien, puis j’ai sorti un autre jeu. Et maintenant, je me rends compte que je n’ai absolument pas envie de me retaper toutes ces règles inutilement lourdes. Faut dire que le plaisir que j’avais eu n’avait pas été suffisant pour me motiver. Pour les curieux, c’est le jeu All Things Zombies: Reloaded.

        Encore une fois, je te souhaite (et t’envoie) du courage !

          Lilipulse · 6 janvier 2023 à 20:39

          7th continent, je l’ai découvert ce Noël à ma ludotheque. J’ai détesté mes 2 premières parties. Puis j’ai changé mon état d’esprit en partant plus vers de la survie, je me suis donné une nouvelle chance. Et le miracle s’est révélé. Ce jeu est splendide. Mais à ne pas prendre pour de l’exploration en première partie. C’est d’abord de la survie puis une fois qu’on a compris comment ça fonctionne on est quasiment immortel après être mourru plusieurs fois .

          Retente le.
          Maintenant je teste mage knight et grâce à ton site j’ai appris des choses

          Le chat solitaire (Skinner) · 7 janvier 2023 à 17:31

          Salut Lilipulse !

          Ce qui est amusant dans mon cas, c’est que je n’ai pas détesté : j’ai même bien aimé. Mais le blocage est survenu malgré tout. En tout cas, tu me donnes envie de m’y remettre !

          Et content d’avoir pu t’aider avec Mage Knight ! Il faudrait que je m’y remette, comme ça je pourrais faire d’autres articles… sauf qu’ils concerneront le jeu de base vu que j’ai vendu ma version Ultimate.

          Merci pour le commentaire et bonne soirée !

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.