Le chat se mettra (à l’occasion) au jeu de rôle en solo !

Publié par Le chat solitaire (Skinner) le

Photo : Bibliothèque.cergypontoise.fr

Avant toute chose : cet article a été rédigé il y a déjà plus d’un mois. Mais doutant de ma motivation actuelle pour le jeu de rôle en solo, j’ai préféré ne pas le publier tout de suite. Je vous le propose tout de même maintenant, même si j’ignore encore quand je franchirai le grand pas. Bonne lecture !


“Mais ciel, que vois-je sur ce blog pittoresque ? Une section jeu de rôle en solo ! Bigre ! Nom d’un nain guerrier de niveau 7 ! Tout cela est d’un farfelu ! Et pourquoi pas une section cuisine végane présentée par K’euroline, pendant qu’on y est ?”

“Ah mais je ne dis pas non ! J’aurais tant de choses à vous partager. En ce moment, je réussis fort bien le gratin de courgettes-fenouil. Le secret, c’est de généreusement assaisonner sa béchamel à la pâte d’amande !”

“Pff ! Moi les seuls légumes que je connais, c’est les pauvres victimes sur qui j’ai jeté un sort d’aliénation mentale. Et vlan !”

Paix, mes frères et sœurs, paix !

Si nous sommes réunis ensemble aujourd’hui, c’est pour célébrer dans la joie la naissance de la section Jeu de rôle solo.

Parfaitement, nous allons sortir nos d20 et feuilles de personnage sans devoir attendre qu’une bonne âme veuille bien endosser le rôle de meneur de jeu.


Le jeu de rôle pour ceux qui ne connaissent pas

Le jeu de rôle en temps normal, c’est quand une équipe de copains et de copines se réunissent avec leurs bières autour d’une table pour vivre une fabuleuse aventure. L’un d’eux sera le Meneur de jeu. Son rôle sera de créer une aventure digne d’un film, d’une série ou d’un roman, avec des dangers, des mystères, des intrigues et peut-être même de la magie ! Les autres copains et copines seront les Joueurs et participeront à l’aventure. Pour cela, ils devront chacun créer un personnage (ou plusieurs) en suivant des règles établies. Ces personnages auront des caractéristiques propres, une apparence, des capacités, d’éventuels pouvoirs ainsi qu’une histoire. Ensemble, ils chercheront à triompher de l’aventure que leur propose le Meneur de jeu. Ce dernier ne sera cependant pas leur adversaire, mais davantage un arbitre chargé de veiller au bon déroulement de la partie. Car plus encore que de gagner, le but est que tout le monde s’amuse !

Et tout cela nécessitera seulement des feuilles, des crayons, des dés, un bouquin de règles (ou plusieurs) et une bonne dose d’imagination. Certains apprécient l’utilisation de figurines, de papier quadrillé, d’accessoires thématiques voire même de déguisements mais cela reste optionnel.

Quand on entend ou lit “Jeu de rôle”, on pense facilement à Dungeons & Dragons, cette gamme ultra populaire qui a perverti séduit des millions de joueurs et joueuses depuis les années 70 avec son univers inspiré du Seigneur des Anneaux, regorgeant d’elfes, de nains, de magiciens, d’orques… et bien entendu de dragons !

Mais il n’y a pas que Dungeons & Dragons, il existe aussi bien d’autres univers originaux pour vous faire vivre la grande aventure, que cela soit dans l’espace, dans un futur post-apocalyptique, au temps des Cro-Magnon, dans une réalité alternative… Vraiment, il y en a pour tous les goûts !

Image : Sitegeek.fr

Et le jeu de rôle en solo, du coup ?

Pour certains rôlistes, l’évocation même du jeu de rôle en solo est une aberration, ou du moins un concept tellement ridicule qu’il ne mérite que ricanement. Il n’y a qu’à voir les réactions sur internet quand on aborde le sujet.

Pour d’autres, cela semble une idée pas plus bête qu’une autre mais… irréalisable. Forcément, certaines questions méritent réponse quand on est seul. La première sera peut-être de savoir si l’on incarne un joueur ou le meneur de jeu.

Et ben cela dépendra du système que vous utilisez.

Si vous possédez un livret ou scénario conçu exprès pour le jeu en solitaire, vous serez plutôt joueur, l’aventure et ses dénouements ayant déjà été retranscrit pour vous.

Par contre, si vous n’en avez pas, vous devrez vous débrouiller tout seul. Du coup, vous serez à la fois joueur et meneur de jeu !

Mais comment est-ce que c’est possible ?

C’est simple, vous créerez un personnage (ou plusieurs) comme dans une partie de jeu de rôle avec d’autres personnes et vous créerez vous-même l’aventure dans laquelle il évoluera. Bien entendu, pour se garder des surprises, on préférera créer l’aventure au fur et à mesure, histoire qu’on ne sache tout de même pas à l’avance qui sera le grand méchant final et si la princesse aux beaux abdos épousera le prince docile emprisonné dans sa tour au soleil couchant !

Bon, cela soulève tout de même une autre question : comment est-ce que ces décisions narratives sont prises ? Après tout, on est libre de décider de ce que fait notre personnage, mais concernant le monde qui l’entoure… ?

On peut y voir deux façons. La première : vous prenez les décisions qui vous plaisent, tout simplement. Vous trouveriez intéressant que le vieux bûcheron à qui vous avez confié le parchemin maudit vous trahisse ? Qu’il en soit ainsi ! Ou alors que la reine soit en réalité une reptilienne illuminati promouvant une marque de jus d’orange rendant homosexuel ? C’est parti !

“Du jus d’orange rendant homosexuel ? Mais qu’est-ce que…”

Hein ? Oh, rien, une croyance relatée chez certains Américains. Enfin, passons.

Cette méthode consistant à tout décider arbitrairement peut être un bel exercice d’imagination. Cela reviendrait presque à improviser un roman.

Mais ce n’est pas la seule méthode, car on peut aussi vouloir que l’aventure nous réserve de grandes surprises, qu’elle décide à notre place en somme, un peu comme dans la vraie vie !

Dans ce cas, nous nous arrangerons pour générer des situations, ou plutôt des réponses à nos questions.

Par exemple : vous êtes perdu dans un souterrain humide et obscur. Armé de votre lampe de poche à piles, vous explorez une grande caverne. Mais que y a-t-il dans cette caverne ?

Plutôt que de décider qu’il s’y trouve un lutin à grand nez en train de jouer à la pétanque (en solo !), vous allez générer une réponse. Celle-ci vous indiquera peut-être que la caverne abrite une ancienne bibliothèque dont les quelques grimoires survivants abritent des informations sur les Grignoteurs de peau, de dangereuses créatures humanoïdes poilues qui, en réalité, infesteraient le souterrain dans lequel vous êtes perdu, et qu’ils sont attirés par la lumière électrique !

Bien entendu, les moyens permettant de déboucher sur ce genre de réponses en un claquement de doigts ne courent pas les rues. En vérité, ce type de réponses, vous y accéderez avec un mélange de décisions arbitraires et de réponses générées.

On peut imaginer par exemple que pour connaître le contenu de la caverne, vous avez généré des mots au hasard, et que ceux-ci sont “Savoir”, “Poussière” et “Chasseur”. Du coup, votre habile cerveau a fait le lien avec ces mots, vous projetant dans une bibliothèque (Savoir) dont il ne reste plus que des vestiges (Poussière) et que ces derniers traitent d’horribles monstres qui ne vont pas tarder à vous sauter dessus (Chasseur). Pour ce qui est des détails, comme la pilosité de ces créatures et leur attirance pour la lumière, cela viendra de vous pour étoffer la présentation.

“Mais du coup, c’est quoi ces bidules qui permettent de générer des réponses ou des mots ?”

C’est ce qu’on appelle des Oracles.

Qu’ils soient numériques ou non, les Oracles sont les outils nécessaires pour répondre à nos fameuses question et font donc un peu office de meneurs de jeu.

Dans ce but, ils répondront par “Oui” ou par “Non” à vos questions fermées (questions qui se répondent seulement par oui ou par non), proposeront des mots aléatoires pour décrire des lieux, situations, personnages etc. voire vous diront purement et simplement ce qu’il se passe devant vous.

Je ne me risquerai pas à en dire plus par manque de connaissance dans le sujet. Pour le moment, je me contente de Muses & Oralces en jeu de cartes, un formidable allié qui nécessite un peu de gymnastique mentale mais à l’utilité certaine, et en français, en plus !

Labibmobile.org

Et qu’est-ce qu’il y aura à voir sur ce site, concernant le jeu de rôle en solo ?

N’étant pas un félin aux humeurs et envies régulières (sauf pour la sieste, comme tous les miens), je ne veux pas m’avancer en promettant de grands projets.

Ce que je peux dire, en revanche, c’est que l’envie de ressortir mes manuels de Dungeons & Dragons 3.5 me démange sans cesse ces derniers temps.

Eh oui, je dois en posséder pas loin d’une trentaine, héritage d’une adolescence en quête d’évasion et d’immersion. Mais n’allez pas croire que j’ai une solide expérience de rôliste derrière moi : 90% du temps que j’ai passé sur Dungeons & Dragons, je l’ai passé seul, à jouer un peu comme ce que j’ai pu décrire plus haut, avec des groupes de parfois six personnages plongés dans des aventures souvent loufoques, mais toujours passionnantes à mes yeux. Comme quoi, j’étais peut-être prédestiné pour les jeux de plateau en solo qui sont venus par la suite.

Tout ça pour dire que ce vieux temps me manque. Il est donc temps de m’y remettre.

Peut-être savez-vous que j’ai narré le début d’une campagne de KDM sur le site ? Eh bien je voudrais essayer de faire pareil mais avec une campagne de Dungeons & Dragons 3.5.

“Et tu comptes aussi mettre en scène des PJs connus des lecteurs, pour faciliter l’immersion ?”

Ben ouais, les PJs, ça sera K’euroline et toi !

“Moi ???”

“Nous ???”

Ben oui, depuis le temps que vous faites un bon duo !

Alors c’est décidé, nous lancerons notre campagne bientôt !


Et pour terminer…

Comme se lancer dans le jeu de rôle en solo peut faire peur (je le sais, car moi-même en ai encore peur), il vaut la peine de recourir aux services d’un guide. J’ai acheté ce livre après qu’un gentil membre l’a cité sur Tric Trac. On y trouve des conseils, des ressources et plein d’exemples super utiles. Un compagnon qui ne vous quittera pas durant vos sessions !

Sur ce, il est temps pour moi d’interrompre cet article que je ne pensais pas aussi long. J’essaierai de vous donner des nouvelles rapidement de ce premier projet de campagne sur Dungeons & Dragons 3.5 avec Sinatrash et K’euroline.

En attendant, portez-vous bien !


2 commentaires

13obscur · 8 juillet 2022 à 14:33

Salut,

Je ne suis pas familier des JdR, mais je suis curieux de lire tes retours.

Est-ce que ça change beaucoup des Livres dont Vous êtes le Héros? (pour le coup, j’ai un peu d’expérience avec le Loup Solitaire) Dans mon esprit, c’est ce qui se rapprochait le plus de cette notion de JdR solo.

    Le chat solitaire (Skinner) · 9 juillet 2022 à 18:05

    Salut 13obscur !

    Alors oui, ça sera très différent, dans le sens que je n’utiliserai aucun scénario préconçu. Cela sera de l’improvisation. J’ai toutefois déjà créé un petit univers volontairement peu étoffé, afin de le découvrir un peu au fur et à mesure. 🙂

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.