Découverte du moment – Glen More II : Chronicles + Extension

Publié par Le chat solitaire (Skinner) le

Commençons par un petit jeu.

En vous basant sur l’illustration du jeu et la vidéo qui suit, essayez de deviner dans quel folklore Glen More II : Chronicles nous entraîne :

A. Japon

B. Arabie VIème siècle

C. Ecosse

D. La réponse D

Allez, vous avez le droit à cinq tentatives !

Bon, assez rigolé, parlons de ce jeu. Pour commencer, il faut savoir que ce jeu…

“… Que ce jeu n’est pas un stupide Ameritrash ! Pas de combats, pas de guerres, pas de lancers de dés, pas de Sinatrash qui jubile ! Enfin un jeu qui s’adresse aux joueurs et joueuses intelligent.e.s ! Depuis le temps qu’on attendait ça ! Allez, tout le monde avec avec moi : un, deux, trois : wouhouuuuu !”

Oui, bon, K’euro, je comprends ton enthousiasme, mais j’apprécierais que tu ne me coupes pas alors que j’éc…

“Tu as tout à fait raison, pardonne-moi. Allez, je me tais… pour le moment !”

*Soupir*

Bon, merci. Il faut donc savoir que ce jeu est un jeu de gestion. Un jeu de gestion et de pose de tuiles, plus précisément, dans le pays des porteurs de kilts.

Commençons par la petite histoire, voulez-vous ? Mon histoire.

Je possédais un modeste bon de 15€ pour une boutique française… et non, ce n’est pas Philibert ! Et comme les boutiques sont machiavéliques, je n’avais que 15 petits jours pour utiliser ce bon (que je croyais avoir acquis récemment, pourtant). Je DEVAIS donc trouver un jeu à acheter, sous peine d’avoir raté ma vie.

J’ai donc fait le bilan de mes dernières acquisitions. Qu’est-ce qu’on y trouvait ? Des flingues, des épées, du foot, du tennis, encore des épées, des monstres et quelques dizaines de dés. De quoi élargir le fossé entre les jeux Ameritrash et Euro de ma ludothèque. Je me suis donc dit qu’il me fallait revenir un peu aux jeux de gestions.

“Et tu as très bien fait !”

Je souhaitais un jeu qui me donne la sensation de construire quelque chose, partir de peu pour finir avec beaucoup. Et surtout, je ne voulais pas d’un jeu dont le mode solo consiste à battre son meilleur score.

Après bien des recherches, j’ai fini par repérer un candidat potentiel. Détail cocasse : cela faisait des semaines que je l’apercevais sur internet mais que je ne m’étais pas arrêté dessus.

Ce candidat, c’était bien entendu Glen More II : Chronicles.

Le peu de vidéo que je vis rappelait ces petits jeux sur téléphone, avec un petit personnage isolé amassant des ressources pour finalement développer son campement. Cela me donna sacrément envie.

Le problème était que ce jeu nécessitait une extension pour se jouer en solo. En sachant que la boîte de base coûtait à elle seule 60€, cela faisait tout de même réfléchir.

J’ai donc eu recours à ma “méthode d’achat” en me posant les deux questions suivantes :

  • Est-ce que le jeu, de par sa présensation sur internet, dégage quelque chose de spécial ?
  • Est-ce que le jeu est considéré comme vraiment bon selon la communauté ludique ?

La réponse fut oui pour les deux questions. Youpi !

Le jeu est arrivé pile poil avant mes vacances ; j’ai pu l’embarquer avec moi et le découvrir sur place.

N’ayant pas de partenaire avec qui jouer (comme d’habitude), je me suis lancé tout de suite dans une partie en solo. Cela n’a pas été évident tout de suite, car les règles de l’Automa sont… elles ne sont pas mauvaises, loin de là, c’est juste qu’elles auraient gagné à être plus précises, avec davantages d’exemples et de mots clés. Mais quand on pige enfin le fonctionnement, ça roule tout seul. Mais j’y reviendrai. Avant tout, nous allons parler du jeu en tant que tel.

Source : Meeple of Liberty (BGG)

Dans Glen More 2, on commence avec un tout petit territoire : un château et un village sur la même rivière, avec un unique Ecossais dessus. Comme on ne peut pas prospérer avec aussi peu, il va falloir agrandir et développer le territoire. Pour cela, nous allons sélectionner des tuiles sur un plateau central.

Ces tuiles carrées sont nombreuses et variées. Selon leur type, elles permettent :

  • De produire des ressources
  • De faire venir de nouveaux Ecossais
  • D’échanger des ressources contre des points de victoire
  • De faire alliance avec un clan (et de gagner un avantage choisi)
  • De changer de l’orge en Whiskey.
  • Etc.

Certaines tuiles sont d’ailleurs des lieux uniques (comme le célèbre Loch Ness) et offrent des bonus qui le sont aussi.

Chaque fois que l’on choisit une tuile (à l’exception de celles pour faire alliance avec des clans), il faut lui trouver un emplacement adjacent à un Ecossais de notre territoire. Une fois la tuile posée, on active son effet ainsi que toutes celles adjacentes.

C’est d’ailleurs comme ça qu’on active une tuile par défaut, dans le jeu. Cela signifie donc que tant qu’il vous restera des emplacements libres à côtés de vos tuiles, vous pourrez les activer. Mais une fois qu’une tuile est complètement encerclée, cela sera fini pour elle !

Et qui dit activations multiples dit, forcément, combos ! On cherchera donc à créer des synergies en positionnant nos tuiles le plus efficacement possible. Par exemple, il peut être intéressant de placer une tuile produisant de l’orge à côté d’une tuile transformant cet orge en whiskey, ainsi ce double-effet aura fréquemment lieu.

Attention, car certaines tuiles puissantes nécessitent des ressources pour être placées. Et si vous ne les possédez pas, il vous faudra les acheter au marché (et cela coûte vite cher). A l’inverse, il vous sera aussi possible de vendre les ressources que vous ne souhaitez pas utiliser.

En résumé, un tour consiste à choisir une tuile, à la poser et activer son effet ainsi que celui de ses voisines.

Je disais tout à l’heure que les tuiles devaient être choisies parmi celles d’un plateau central. Je ne mentais pas. Les tuiles présentes sur ledit plateau forment un cercle qui se régénère au rythme de sa décroissance (c’en est presque beau à écrire, dis donc). Quand vous choisissez une tuile, plus celle-ci est éloignée dans le cercle (par rapport à un Meeple que vous possédez), plus il vous faudra attendre sur vos adversaires avant de pouvoir choisir une autre tuile. Réfléchissez donc bien !

A mesure que les tours passeront, des phases de décompte permettront de marquer des points. Quand une telle phase survient, les joueurs comparent entre eux quatre attributs de leur territoire :

  • Le nombre d’Ecossais présents sur le château initial
  • Le nombre de lieux spéciaux
  • Le nombre de tonneaux de whiskey
  • Le nombre de tuiles Personnage (les tuiles permettant de faire alliance avec des clans)

Pour comptabiliser les points, les joueurs doivent comparer chaque attribut avec celui du joueur étant le plus faible. Par exemple, si dans une partie à trois joueurs, Joueur A possède 5 lieux spéciaux, Joueur B 4 lieux spéciaux et Joueur C 1 lieu spécial, eh bien Joueur A et Joueur B compareront leur résultat avec celui de Joueur B Plus la différence est grande, plus nombreux seront les points marqués.

Le jeu prend fin après que la tuile FIN apparaît sur le plateau central et que tous les joueurs ont choisi une tuile venant après. On procède alors à un décompte final et on effectue une ultime comparaison un peu spéciale :

Chaque joueur perd 3 points pour chaque tuile territoire qu’il possède de plus que le joueur en possédant le moins.

Thématiquement parlant, il s’agit peut-être là de la règle la plus difficile à expliquer, mais sachez qu’elle est indispensable au bon fonctionnement du jeu, car sans elle, les joueurs chercheraient seulement à composer le plus grand territoire possible, ce qui ne serait pas intéressant sur le plan de la mécanique.


Parlons du mode solo en deux mots (ou un peu plus)

Mauvaise nouvelle !

“Il faut posséder une extension pour jouer à Glen More 2 : Chronicles en solo !”

Voilà, comme ça c’est dit. Enfin, je l’avais dit plus haut, mais c’est toujours bien de le répéter.

Le mode solo de ce jeu existe bel et bien, mais il nécessite l’achat d’une extension, de quoi saler la facture. Enfin, on y reviendra en fin d’article.

Glen More 2 : Chronicles s’est donc attribué les services d’Automa Factory, qui nous a déjà prouvé ses compétences dans des jeux tels que Scythe, Project Gaïa et Tapestry.

Pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas, l’auteur d’Automa Factory propose des modes solo dans lesquels il faut affronter un joueur fictif (l’Automa comme on l’appel) plutôt que le jeu en tant que tel. A l’instar du joueur réel (vous), l’Automa est soumis à la mécanique du jeu et se battra pour les mêmes objectifs que vous, le tirage d’une carte d’un deck spécial permettant de déterminer ses actions. Cependant, pour éviter une certaine lourdeur dans sa gestion, l’Automa n’utilise pas toutes les règles propres aux vrais joueurs, ce qui ne l’empêche pas d’avoir la prestance d’un adversaire sérieux.

A titre personnel, je reconnais sans autre les qualités des Automa dans les jeux, mais j’ai tendance à préférer des adversaires fictifs plus complexes, utilisant au maximum les règles qui s’appliquent aux joueurs, même si cela les rend du coup plus lourds à jouer. Mais il serait intéressant d’en parler dans un autre article.

Dans Glen More II : Chronicles, l’Automa est simple à jouer (malgré les règles un peu confuses à mes yeux) et remplit honorablement son rôle. Comme vous, il effectuera ses propres tours et cherchera à s’emparer des tuiles les plus utiles pour lui comme pour vous (oui, cela veut dire qu’il essaiera un peu de vous bloquer). Plusieurs niveaux de difficultés permettent de l’adapter, en sachant que les deux premiers font surtout office de tutoriel et deviennent faciles à triompher une fois que l’on a bien compris les règles du jeu. Mais après, cela se corse !

Très bon Automa dans l’ensemble, dont les tours de jeu sont extrêmement rapides !


Et les chroniques ?

Glen More 2 : Chronicles ne porte pas son nom pour rien.

La boîte de base offre un jeu complet, mais elle contient également 8 petites boîtes représentant des chroniques.

Les chroniques permettent de personnaliser le jeu de base en ajoutant, à l’aide d’un peu de contenu, de nouveaux objectifs ou façons de jouer. Par exemple, la première chroniques introduira la course de drakkars entre les différents clans. Cela signifie qu’en plus de jouer au jeu normalement, il vous faudra faire partir votre drakkar depuis le fleuve de votre château et lui faire effectuer un tour complet de la table de jeu, en passant devant les châteaux des autres joueurs (n’oubliez pas de faire coucou). Selon sa position à l’arrivée, son propriétaire recevra une belle récompense… ou une punition s’il est le dernier.

Très sympa dans l’ensemble, de quoi renouveler les parties et relever des défis intéressants. Notez que certaines chroniques sont plus complexes que d’autres et peuvent augmenter le temps de partie.

Et vous savez quoi ? Il est possible de jouer plusieurs chroniques à la fois !

Encore mieux : l’Automa s’adapte à toutes les chroniques (sauf à une qui nécessite d’être trois joueurs et qui ne pourrait de toute façon pas être jouée à deux). De quoi assurer une sacrée durée de vie !


Et donc ?

On est dans le positif. Clairement.

En terme de mécanique, il n’y a rien à redire : c’est efficace, c’est équilibré, c’est engageant, c’est ennivrant, c’est… euh… étonnant !

“Et si t’arrêtais de chercher des adjectifs qui commencent par “e” ?”

T’as raison, ça devient un peu… énervant.

Donc oui, mécaniquement, le jeu est très bon.

Question immersion, on a vu mieux comme on a vu bien pire. Ce que Glen More II : Chronicles a de très bon pour lui, c’est qu’il est fort bien illustré. Je n’ai pas connu son ancienne version de l’époque (Glen More I, donc) mais j’ai maintes fois lu que son look s’était carrément amélioré. On pourrait presque entendre les cornemuses jouer et apercevoir des troncs d’arbres voler dans les airs, lancés par des écossais gavés de haggis (d’ailleurs, je suis sûr qu’une chroniques permet de le faire).

Le fait de produire des ressources comme de la pierre, du bois et de l’orge crée une sympathique ambiance également.

Mais après, cela reste un jeu où l’on sélectionne des tuiles gratuitement et où on les pose de sorte à activer les tuiles adjacentes. Rien que pour cela, on n’atteint pas la thématique très forte d’un Terraforming Mars (pour citer un jeu de gestion), mais cela n’empêche pas Glen More II : Chronicles de nous laisser rêveur !

Je le recommande donc sans hésitation à tout amateur de jeux de gestion en solo. Il y a vraiment de quoi faire.

Mais comme le rappelait Trauman plus haut, il faut posser l’extension pour y jouer seul. En sachant que le jeu de base coûte 60€ et l’extension 40€… cela fait cher le ticket d’entrée.

Néanmoins, si cela peut vous rassurer, l’extension, indépendamment de son mode solo, apporte du très bon contenu avec ses nouvelles chroniques (pas encore essayées cela dit en passant). Tout fan du jeu de base aura donc envie d’acquérir cette deuxième boîte, que cela soit pour y jouer seul ou non.

Bref, si le prix vous rebute, ne vous inquiétez pas car vous trouverez d’autres bons jeux de gestion jouables en solo (sans extension nécessaire). Et si cela vous va d’investir quelques billets, vous aurez beaucoup de plaisir car, encore une fois, le jeu en jette.

“Oui, oui, oui, oui ! Il est vraiment très très bien ! On devrait y jouer tout le temps d’ailleurs ! Même pas besoin de s’encombrer d’autres jeux inutiles comme Kingdom Death: Monster quand on a Glen More II ! Moi je dis oui, oui, oui, oui !”

“Tu ferais mieux d’arrêter de blasphemer, K’euro, avant que je te balance le KDM en pleine poire !”

Bon, allez, c’est la fin de cet article. On vous remercie de l’avoir lu et vous dit à très bientôt !

Catégories : Articles divers

4 commentaires

Saxgard · 18 janvier 2022 à 09:46

Un jeu qui pourrait clairement me plaire mais le fait de devoir acheter en plus une extension pour le solo me freine pour le moment. Je n’ai toujours pas acheter Orléans ou Trickerion pour les mêmes raisons.
Je craquerais peut-être un jour si je les trouve d’occasion. ^^
Puis il y a tellement d’autres jeux que je devrais pouvoir faire l’impasse sur ceux là. Enfin j’espère y arriver. 🙂

En tout cas merci pour cette article toujours aussi agréable à lire.

    Le chat solitaire (Skinner) · 19 janvier 2022 à 09:55

    Merci pour le commentaire ! 🙂
    Dans l’idéal, il faudrait pouvoir y aller par étapes : commencer avec le jeu de base et y jouer avec des ami.e.s, puis, si on se rend compte que le jeu est fait pour nous, acheter l’extension.
    Mais cela a été un frein pour moi aussi concernant d’autres jeux (Orléans et Trickerion aussi, je pense).

    Des fois, on aurait envie que les éditeurs intègrent directement un mode solo dans leurs jeux, mais cela pourrait en agacer certain.e.s qui devraient payer le matériel supplémentaire (le cas échéant) pour un mode qu’ils n’utilisent jamais.
    Et s’il y avait des modes solo partout, on ne saurait plus où donner de la tête tant il faudrait distinguer les “bons” des “mauvais” modes qui ne manqueraient pas. :’D

Monsieur Chat · 18 avril 2022 à 08:43

Bonjour. Avez vous déjà essayé anachrony solo ? Merci bien. Miaou.

    Le chat solitaire (Skinner) · 18 avril 2022 à 09:07

    Bonjour cher collègue félin !

    Malheureusement non. J’ai plusieurs fois hésité à l’acheter en boutique mais n’ai jamais franchi le pas. Je n’étais pas assez sûr d’accrocher, et puis les retours quant à la longue mise en place me décourageaient.

    Peut-être un jour si je le trouve en action, qui sait ! 🙂

Répondre à Le chat solitaire (Skinner) Annuler la réponse

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.